photo Jean Lim

Né en Corée, Sung-Won Yang est diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et il a été assistant de Janos Starker à l’Université de l’Indiana aux Etats-Unis. Il a participé au jury du Concours international de Musique de Chambre à Banff au Canada, du Concours International de Violoncelle André Navarra  en France, du Concours International de Violoncelle Cassado au Japon, et du Concours International de Tongyeong en Corée. Titulaire de nombreuses récompenses, il est actuellement professeur de violoncelle à l’Ecole de Musique de l’Université de Yonsei à Séoul, professeur invité à la Royal Academy of Music de Londres et directeur artistique du Festival Owon au Château de Chaumont sur Loire. Le Ministère de la Culture et de la Communication lui a décerné le titre de Chevalier des Arts et des Lettres.

Il s’est produit partout dans le monde en tant que soliste et chambriste. Il a donné des récitals solo et des concerts grandement appréciés dans des salles prestigieuses  comme le Alice Tully Hall au Lincoln Center de New York, la salle Pleyel et le Théâtre des Champs Elysées à Paris, le Concertgebouw d’Amsterdam, le Terrace Theater au Kennedy Center à Washington D.C, le Musikverein à Vienne, l’Opera City Hall à Tokyo, le Symphony Hall à Osaka et le National Center for the Performing Arts à Pékin.

Ses récitals l’ont aussi conduit dans d’autres métropoles de premier plan, telles que Londres, Rome, Francfort, Madrid, Prague, Helsinki, Boston, Seattle, Tel-Aviv, Shanghai, Sydney et bien d’autres.

Alors qu’il était artiste en exclusivité pour EMI-Corée, son premier album, entièrement consacré à Kodaly, a été « le choix du mois du rédacteur » de Gramophone Magazine (février 2003), puis «le  disque de l’année de la critique » de   Gramophone Magazine au Royaume-Uni (décembre 2003). Il fut aussi nominé pour le meilleur premier album solo aux Edison Awards aux Pays-Bas (2003). Parmi ses autres enregistrements chez EMI, on trouve des œuvres de Rachmaninov et Chopin avec le pianiste Ick-Choo Moon (2002), l’intégrale des Suites pour violoncelle seul de Bach (2005), et l’intégrale des Sonates et Variations pour piano and violoncelle de Beethoven avec le pianiste Pascal Devoyon (2007). Ces enregistrements ont tous reçu un accueil très favorable et connu un grand succès auprès des mélomanes et des critiques. Après son album  Schubert avec le violoniste Olivier Charlier et le pianiste Emmanuel Strosser, paru sous le label Decca en 2009, ses récents enregistrements sont : le Concerto pour violoncelle de Dvorak avec l’Orchestre Philharmonique Tchèque et le Trio Dumky (2010) ; un album alliant le jazz, la musique latine et la variété française avec l’ensemble Les Bons Becs ‘Musical get away’ (2011) ; l’Archiduc et Op. 70 No. 2 de Beethoven avec le trio Owon (2013) ; l’intégrale des œuvres de Brahms et Schumann pour violoncelle et piano avec son partenaire en Sonate Enrico Pace (2014); l’intégrale des trios de Beethoven (2015) et le Quatuor pour la fin du temps de Olivier Messiaen (2016) avec le trio Owon, toujours pour Decca/Universal.

Sung-Won YANG a collaboré avec de grands musiciens tels que Christoph Eschenbach, MyungWhun Chung, Peter Eotvos, Johannes Kalitzke, Laurent Petitgirard, DongSuk Kang, et Pascal Devoyon. Ses interprétations du Concerto pour violoncelle de Saint-Saëns, du Double Concerto de Brahms, et des Variations sur un thème Rococo de Tchaïkovski avec l’Orchestre Symphonique Français ont été diffusées par France Télévision et partout en Europe en Eurovision, et elles sont disponibles en DVDs (Goldline Classics). De plus, France Musique, NHK (Japon), et KBS (Corée) ont retransmis en direct nombre de ses concerts. Interprète habituel de musique contemporaine, Sung-Won YANGa créé le concerto grosso de Peter Eotvos en Asie avec la Seoul Philharmonie, le compositeur dirigeant l’orchestre, et en Autriche avec l’Orchestre de la Radio Autrichienne. Il commande aussi régulièrement à des compositeurs contemporains de nouvelles œuvres, telles que deux trios pour piano, violon, violoncelle, du jeune et très talentueux compositeur coréen MinJae Jeon (2014 et 2016) et d’autres œuvres telles que celles avec daegum (flûte coréenne traditionnelle en bois) du compositeur américano-coréen Jee Young Kim (2006) et un trio pour piano, violon et violoncelle du compositeur français Pierre Charvet (2006). Ces œuvres ont été interprétées en première mondiale à Paris, à Saint-Nazaire et à Séoul.